COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 157
12 janvier 2005 

Les fruits et légumes ne protègent pas contre le cancer du sein

La consommation de fruits et de légumes ne protège pas contre le cancer du sein.
C’est là la conclusion du Dr Carla van Gils et collègues sur la base d’une grande étude menée à l’échelle européenne, sur près de 300 000 participantes de huit pays européens différents. Plus de 3 500 de ces femmes ont fait un cancer du sein.

Ces dernières années, on pensait, d’après les indications disponibles, que la consommation de fruits et de légumes faisait baisser le risque de cancer. Cette idée était conforme à la notion que les fibres, les vitamines antioxydantes et d’autres composés des fruits et des légumes peuvent avoir un effet anticancérogène. Toutefois, pour le cancer du sein, les études les plus récentes ne mettent pas en évidence d’effet protecteur.

Et la grande Etude prospective européenne sur le cancer et la nutrition (connue sous le sigle anglais EPIC) n’a pas non plus montré d’effet protecteur. Cette étude est coordonnée par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), et co-financée par la Commission européenne et plusieurs organisations caritatives nationales.

"Cette étude est la plus grande jamais entreprise, et elle porte sur un grand nombre de légumes et de fruits consommés par les participantes à l’étude, du nord au sud de l’Europe. Elle amène à la conclusion que la consommation de légumes et de fruits au cours de l’âge adulte et au milieu de la vie ne fait pas baisser le risque de cancer », ont déclaré le Dr Carla van Gils et sa collègue, le Dr Petra Peeters du Centre médical universitaire d’Utrecht (Pays-Bas), qui ont dirigé cette analyse avec le Dr Elio Riboli du CIRC (France).

"Bien que ces resultats soient décevants, nous disposons tout de même d’indications de ce que la consommation de fruits et de légumes peut être protectrice pour les cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’estomac et peut-être du côlon/rectum et du poumon. En outre, il a été démontré que la consommation de fruits et de légumes fait baisser la tension artérielle et le risque de maladie cardiovasculaire : on a donc toujours de bonnes raisons de recommander de manger beaucoup de fruits et de légumes », a précisé le Dr Riboli.


Contacts :
Kirsten Sontrop, Centre medical universitaire d’Utrecht (UMCU) (Pays-Bas), +31-30-250 8580 (ou 6371),

Nicolas Gaudin, CIRC, Lyon (France), + 33- 472 738 567,


World Health Organization
International Agency for Research on Cancer

Organisation mondiale de la Santé
Centre international de Recherche sur le Cancer

150, cours Albert-Thomas 69372 Lyon Cedex 08 (France)
Telephone: 33 472 738 485     Facsimile: 33 472 738 311     http://www.iarc.fr