COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 158
14 janvier 2005 

L’industrie du tabac sape les fondements de la confiance
dans la science

Le numéro du Lancet qui paraît cette semaine publie l’article de Bitton et collègues qui nous apporte de nouvelles révélations sur les moyens douteux dont l’industrie du tabac use pour jeter le discrédit sur la recherche scientifique, y compris des travaux menés au CIRC, et cibler les chercheurs gênants pour ses intérêts.

"L’emploi de consultants, qui omettent de déclarer leur association à l’industrie du tabac, pour publier des critiques achetées de recherches scientifiques, semble rester l’une des approches stratégiques clés de l’industrie du tabac" selon le Dr Peter Boyle, Directeur du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC). "Les attaques stratégiquement coordonnées, menées par des hommes de paille, dont l’association, rémunérée par l’industrie, n’est pas déclarée, contre les recherches personnelles de chercheurs indépendants par de tels artifices sont, au mieux, contraires à la déontologie, au pire, d’une grande lâcheté".

Des mutations du gène suppresseur de tumeurs p53 ont été décrites dans 60% des cancers du poumon. Des travaux publiés à partir de 1996, basés dans une large mesure sur la base de données des mutations de p53 du CIRC (http://p53.iarc.fr/), ont démontré l'existence d'un profil de mutations spécifique du benzo(a)pyrène, un cancérogène présent dans la fumée du tabac. "L’industrie du tabac a tenté de tripatouiller ces données car elles pourraient mener à identifier le tabac comme cause de cas individuels de cancer du poumon. Leur stratégie consistant à infiltrer la communauté scientifique pour saper le processus normal de revue collégiale et de publication est pénible, bien sûr, pour les chercheurs qui font l’objet de ces attaques ciblées. Elle est aussi dommageable pour des revues de haute tenue et des institutions académiques de renom dont les conclusions en matière de recherche sur le tabac pourraient sembler perdre de leur solidité à cause des agissements de quelques individus qui tiennent secrète leur connivence avec l’industrie du tabac".

"Ces activités devaient être prescrites depuis le Master Settlement Agreement (Accord cadre entre l'industrie du tabac et 46 Etats des USA, NDT) aux Etats-Unis à la fin des années 1990, mais manifestement il n’en est rien" poursuit le Dr Boyle. "Les industries du tabac prétendent aujourd’hui travailler de concert avec les instances de santé publique et faire valoir un message de santé publique unique et cohérent sur le rôle que joue le tabagisme dans le développement de maladies chez les fumeurs".

"Si l’industrie du tabac est sincère dans son désir récemment déclaré de travailler avec les instances de Santé publique, elle ne peut espérer aucune coopération en poursuivant ce type d’activité. Cette industrie doit faire la démonstration de sa responsabilité civique d’entreprise. Jusque là, la communauté de santé publique ne peut avoir aucune confiance dans l’activité de l’industrie du tabac, et les institutions académiques devraient refuser tout contact avec elle, quelles que soient ses protestations qu’elle n’interférera plus avec la recherche".



World Health Organization
International Agency for Research on Cancer

Organisation mondiale de la Santé
Centre international de Recherche sur le Cancer

150, cours Albert-Thomas 69372 Lyon Cedex 08 (France)
Telephone: 33 472 738 485     Facsimile: 33 472 738 311     http://www.iarc.fr