COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 170
27 juin 2006 


L’EXPOSITION AUX RAYONS X DES RADIOGRAPHIES PULMONAIRES PEUT AUGMENTER LA PROBABILITE DU CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES PORTEUSES DE MUTATIONS DES GENES BRCA 1 ou 2

Lyon (France)—L’analyse de 1 600 femmes porteuses de mutations des gènes du cancer du sein BRCA 1 ou BRCA 2 (pour BReast CAncer) laisse penser que l'exposition aux rayonnements qu’entraînent les radiographies thoraciques augmente le risque de cancer du sein, et qu'une exposition avant l'âge de 20 ans pourrait être liée à un risque particulièrement élevé. Cette étude, menée par un consortium de centres du cancer européens, était la première à analyser l'impact de l'exposition à de faibles doses de rayons X chez des femmes à risque génétiquement élevé pour cette maladie. Cette étude est parue en ligne le 26 juin dans le Journal of Clinical Oncology."

Il s’agit là de l'une des premières études qui démontrent que les femmes qui sont génétiquement prédisposées au cancer du sein peuvent être plus susceptibles aux faibles doses de rayonnements ionisants que les autres", a indiqué le , un des principaux auteurs de l'étude, qui était le Chef du Groupe d'épidémiologie génétique au Centre international de Recherche sur le Cancer à Lyon (France), au moment des recherches. "Si ces résultats sont confirmés dans des études prospectives, les jeunes femmes qui appartiennent à des familles connues pour porter des mutations de BRCA1 ou BRCA2 souhaiteront peut-être opter pour des alternatives à la radiographie, comme l’IRM", toujours selon le Dr Goldgar.

Les chercheurs ont analysé les données de questionnaires remplis par plus de 1 600 femmes participant à l'étude internationale de cohorte des porteuses de BRCA 1 ou 2 (International BRCA 1/2 Carrier Cohort Study, ou IBCCS) - une étude collective européenne des femmes porteuses de mutations des gènes BRCA 1 ou 2. Si toutes ces femmes étaient des porteuses, elles n’ont pas toutes développé un cancer du sein. Le questionnaire demandait si elles avaient jamais subi une radiographie thoracique, si elles avaient jamais subi une radiographie thoracique avant l'âge de 20 ans, après l'âge de 20 ans, ou les deux, et combien de radiographies thoraciques elles avaient subies dans chaque période.

L'étude a ainsi constaté que les femmes porteuses de mutations de BRCA 1 ou 2 ayant rapporté avoir subi une radiographie thoracique avaient un risque 54% plus élevé de développer un cancer du sein que les femmes n’en ayant jamais subi. En outre, les femmes exposées aux rayons X avant l'âge de 20 ans voyaient leur risque de développer un cancer du sein avant l'âge de 40 ans augmenter de 2 fois et demie, par rapport aux femmes qui n'avaient été jamais exposées.

"Etant donné que les protéines BRCA sont essentielles pour la réparation des lésions aux cellules mammaires, nous avons émis l’hypothèse que les femmes porteuses de mutations de BRCA 1 ou 2 auraient une capacité moins grande à réparer les lésions provoquées dans l'ADN par les rayonnements ionisants," a ajouté le Dr Goldgar. "Nos résultats confirment cette hypothèse et doivent être confirmés dans des études prospectives."
"Le modèle du risque que nous avons observé là est conforme aux effets des rayonnements sur le cancer du sein rapportés pour d’autres populations exposées mais non porteuses de mutations", a ajouté le
, Chef du Groupe Rayonnements au CIRC. "On a cependant pu observer ces effets à un niveau d’exposition aux rayonnements beaucoup plus faible que dans les cohortes étudiées auparavant de sujets exposés aux rayonnements médicaux ".

Les chercheurs ont noté deux limites intrinsèques dans cette étude. La première en était le "biais de rappel", ce qui signifie que les femmes ayant développé un cancer du sein pourraient se rappeler avec une plus grande probabilité avoir subi une radio que les autres. La seconde était l’absence de données sur la dose précise et sur la datation des rayonnements reçus.


Pour plus d’information, veuillez contacter :

Groupe Communication du CIRC –

Dr Elisabeth Cardis –
Dr David Goldgar –

Dr Nadine Andrieu –




World Health Organization
International Agency for Research on Cancer


Organisation mondiale de la Santé
Centre international de Recherche sur le Cancer


150, cours Albert-Thomas 69372 Lyon Cedex 08 (France)
Telephone: 33 472 738 485     Facsimile: 33 472 738 311     http://www.iarc.fr