COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 182
04 février 2008 

JOURNEE MONDIALE DU CANCER, 2008

Introduction
Etant donné la croissance et le vieillissement continus de la population du monde, leur impact sur le fardeau mondial de l'incidence et de la mortalité liée au cancer sera substantiel. Le Centre international de Recherche sur le Cancer présentera la Mise à jour annuelle des données mondiales du cancer pour 2007 et la Feuille de route annuelle des défis du cancer pour 2008 lors d'une conférence de presse à l'occasion de la Journée mondiale du Cancer, le 4 février au siège du Centre à Lyon (France).

La Journée mondiale du Cancer est aujourd'hui devenue un événement annuel universellement reconnu, et constitue une date importante pour les chercheurs, les oncologistes, les patients et la société civile dans son ensemble, pour un certain nombre de raisons : augmentation perçue de l'incidence des cancers, meilleure compréhension du problème à l'échelle mondiale, meilleure conscience du poids du cancer par rapport au fardeau encore très lourd des maladies contagieuses dans les pays les plus pauvres.

Le Centre international de Recherche sur le Cancer donne le ton en fixant un rendez-vous annuel à toutes les parties concernées, pour publier les derniers chiffres connus de l'incidence et de la mortalité liée à la maladie, par Région de l'OMS : ces données seront employées par tous les autres acteurs de la lutte contre le cancer pour fixer les priorités, mettre sur pied des interventions, concevoir des stratégies de lutte contre le cancer et pour décider de politiques de santé publique. Si le CIRC est reconnu comme la source de référence de données du cancer depuis plus de 40 ans, il inaugure aujourd'hui une série de réunions annuelles qui passeront en revue le tableau du cancer dans le monde année après année.


Mise à jour annuelle des données mondiales du cancer 2007

Un déplacement majeur du fardeau de cancer dans le monde
La plus lourde partie du fardeau mondial du cancer s'est aujourd'hui déplacée, des pays occidentalisés et développés il y a plusieurs décennies, vers les pays à ressources faibles et moyennes.
Les Régions de l'OMS comptant un nombre important de pays à ressources faibles ou moyennes seront les plus durement frappées, et l'impact dans ces pays, toujours confrontés au fardeau des maladies infectieuses et à de faibles budgets consacrés à la santé, sera considérable au vu des besoins en traitements et du coût de ces traitements.

Situation
Moins de 20% de la population mondiale sont couverts par un registre du cancer et, en 2000, 30% par un registre de décès. Mais cette couverture n'est pas répartie également dans le monde.

  Couverture des données de mortalité
En Afrique, moins de 0,1% de la population est couverte par un dispositif de certificat de décès ; en Asie, 8,5% seulement de la population sont couverts.

Couverture de l'incidence des cancers
La couverture de population correspondante pour les statistiques d'incidence du cancer est de 8% en Afrique, de 7% en Asie et de 10% en Amérique latine. En l'absence de données de parties importantes de la population, on a procédé à l'estimation du fardeau de l'incidence et de la mortalité par cancer dans chaque Région de l'Organisation mondiale de la Santé, en s'appuyant le plus possible sur les sources de données disponibles au CIRC.

Explosion de l'impact du cancer prévue dans les vingt ans à venir
Ni le nombre de nouveaux cas de cancer ni le nombre de décès par cancer ne sont disponibles pour de grandes régions du monde. Pour faire progresser la prévention et la lutte contre le cancer dans le monde entier, nous devons d'abord comprendre l'ampleur et la nature du fardeau du cancer dans les différentes régions. Différentes estimations peuvent être faites à partir de différentes hypothèses. Les chiffres dont on dispose pour 2000 nous permettent de penser qu'il y avait 10,4 millions de nouveaux cas de cancer diagnostiqués dans le monde, 6,5 millions de décès, et plus de 25 millions de personnes vivant avec un cancer cinq ans après diagnostic. Prenant en compte la croissance et le vieillissement de la population mondiale, et sur la base de différentes hypothèses quant aux tendances des risques du cancer, d'ici à 2030, on peut s'attendre à ce qu'il y ait entre 20 et 25 millions de cas incidents de cancer, et 13 à 16 millions de décès annuels dus au cancer.

Des mesures efficaces de lutte contre le cancer et le renforcement des capacités sont indispensables pour freiner cette tendance
Il est essentiel de s'attaquer au fardeau croissant du cancer dans le monde. La Résolution de l'OMS sur la lutte contre le cancer enjoint instamment les pays à élaborer des programmes visant à une réduction de l'incidence et de la mortalité liée au cancer. Les priorités doivent être réalistes et réalisables et placer l'accent sur l'identification, la prestation et l'évaluation de mesures efficaces de lutte contre le cancer. En fonction des ressources et de priorités sanitaires concurrentes, toutes les mesures doivent être prises pour éviter les cancers qui sont évitables, traiter les cancers qui sont traitables, guérir les cancers que l'on peut guérir et soulager la douleur quand soulager s'impose. La nécessité de la lutte contre le cancer et le renforcement des capacités dans les pays dont les ressources sont limitées s'impose de façon urgente.

Identifier la cause permet de mieux cerner la stratégie de lutte
Il y a plusieurs causes clairement identifiées de cancer1 et plusieurs stratégies qui peuvent conduire à une réduction de l'incidence et de la mortalité liée au cancer2. Actuellement, les formes les plus courantes de cancer ne sont pas les mêmes entre les pays à revenu élevé et les autres.

Vieillissement de la population et adoption d'un mode de vie occidental
Les grands problèmes auxquels sont confrontés les pays à ressources faibles et moyennes en ce début de siècle sont la croissance et le vieillissement de la population, l'occidentalisation de leur mode de vie et le tabac3. Les principaux changements dans les habitudes de vie sont l'évolution des pratiques alimentaires, une plus grande sédentarité, la prise de poids et l'obésité et les changements sociologiques, notamment l'âge à la première naissance et la diminution de la parité des femmes, qui ont mené à de fortes augmentations des cancers du sein et du côlon-rectum, notamment.

Le tabac
Le tabac est le cancérogène le mieux connu, et qui pour l'homme est cancérogène sous toutes ses formes4,5. Il est clair, et cela depuis plusieurs années maintenant, que l'effet du tabagisme sur le risque de cancer, et donc aussi sur la mortalité globale, va bien au-delà de tout autre facteur de risque commun ou de l'effet d'un traitement. Les données acceptées universellement de nos jours trouvent leur origine dans le vaste suivi des médecins britanniques (la British Doctors study)6.

L'épidémie de tabagisme va se transformer en épidémie de cancer dans les pays les plus pauvres dans les décennies à venir
L'usage du tabac s'est imposé dans les pays à ressources faibles et moyennes et la prévalence du tabagisme a encore augmenté dans des proportions substantielles ces dernières années. Compte tenu de l'important décalage, de l'ordre de 40 ans, entre les changements dans la prévalence du tabagisme à l'échelle des populations et les changements visibles à l'échelle épidémiologique, le pic de l'épidémie de cancers liés au tabagisme dans ces pays est encore à venir. L'épidémie de tabagisme précédera l'épidémie de cancers dans les pays à ressources faibles et moyennes pendant des années encore.

Les pays pauvres paient le plus lourd tribut
Les pays à ressources faibles et moyennes sont, à l'évidence, plus touchés par le cancer que les pays riches7. Ce sont des pays dont le budget consacré à la santé est souvent limité et qui sont affectés par des niveaux de fond élevés de maladies transmissibles. Les infrastructures de traitement du cancer n'y sont pas universellement accessibles et les thérapies permettant une augmentation de l'espérance de vie y font souvent défaut. Le cancer et d'autres maladies chroniques, de plus en plus fréquents, peuvent provoquer des dommages terribles.

Saisir l'ampleur du problème du cancer permet de comprendre les causes évitables de la maladie
Le premier grand pas vers la prévention et la lutte contre le cancer consiste à saisir l'ampleur et la nature du fardeau du cancer dans les différentes régions du monde, pour ensuite appréhender les causes évitables de la maladie. Une meilleure disponibilité des données dans les pays à faible ressources permet depuis récemment de se faire une meilleure idée du fardeau mondial du cancer.

Pour plus d'informations, merci de contacter Nicolas Gaudin, Chef, Groupe Communication au CIRC: .

Références

1. Doll R and Peto R. The Causes of Cancer, Oxford University Press, Oxford, (1982)

2. Boyle P, Autier P, Bartelink H, Baselga J, Boffetta P, Burn J, Burns HJG, Christensen L, Denis L, Dicato M, Diehl V, Doll R, Franceschi S, Gillis CR, Gray N, Gricuite L, Hackshaw A, Kasler M, Kogevinas M, Kvinnsland S, La Vecchia C, Levi F, McVie JG, Maisonneuve P, Martin-Moreno JM, Newton Bishop J, Oleari F, Perrin P, Richards M, Ringborg U, Siracka E, Quinn M, Storm H, Tubiana M, Tursz T, Veronesi U, Wald N, Weber W, Zaridze DG, Zatonski W and zur Hausen H. European Code Against Cancer and Scientific Justification: Third Version (2003). Annals Oncol 2003; 14: 973-1005

3. Boyle P, Gray N, Zatonski W, Henningfield J and Seffrin J. Tobacco: Public Health Disaster of the Twentieth Century. Oxford University Press, Oxford (2004)

4. International Agency for Research on Cancer (IARC) Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans. Volume 83. Tobacco Smoke and Involuntary Smoking. IARC, Lyon (2004)

5. International Agency for Research on Cancer (IARC) Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans. Volume 85. Betel-quid and Areca-nut Chewing and Some Areca-nut derived Nitrosamines, IARC, Lyon (2004).

6. Doll R, Peto R, Boreham J and Sutherland I. Mortality in relation to smoking: 50 years' observations on male British Doctors. BMJ 2004; 328: 1519-1528.

7. Boyle P. The Globalisation of Cancer. Lancet 2006; 368: 629-630 (copie jointe)


Feuille de route annuelle des défis du cancer pour 2008

Le CIRC, l'OMS et nos partenaires montrent la voie pour une action concertée sur 4 axes principaux :


Défis généraux

Prévenir les cancers que l'on peut prévenir

Traiter les cancers que l'on peut traiter

Guérir les cancers que l'on peut guérir

Soulager quand soulager s'impose

… et fixe des

Priorités spécifiques

Prendre des mesures contre le tabagisme dans le monde entier

Mettre en œuvre les mesures que l'on sait efficaces pour réduire les risques de cancer

Développer des actions concertées contre le cancer du sein

Développer des actions concertées contre le cancer du col utérin





World Health Organization
International Agency for Research on Cancer
Organisation mondiale de la Santé
Centre international de Recherche sur le Cancer

150, cours Albert-Thomas 69372 Lyon Cedex 08 (France)
Telephone: 33 472 738 485     Facsimile: 33 472 738 311     http://www.iarc.fr