COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 185
22 avril 2008 

Un programme de dépistage du cancer de la prostate au Tyrol permet une réduction plus substantielle des décès que dans les régions voisines

Le nombre attendu de décès dus au cancer de la prostate a été réduit de plus de la moitié dans le Tyrol, après introduction d'un programme d'amélioration de la détection précoce et du traitement de la maladie, selon un article que publie la revue spécialisée dans l'urologie BJU International1.

Près de 87 % des hommes admissibles ont été testés au moins une fois depuis le lancement du programme en 1988. En 2005, les décès par cancer avaient diminué de 54 %, contre 29 % pour le reste de l'Autriche, qui n'avait pas bénéficié de ce programme.

Rien ne prouve que les tendances dans le Tyrol et le reste de l'Autriche aient été significativement différentes avant que le dépistage gratuit ne soit introduit.

"Le dosage de l'antigène prostatique spécifique (PSA) a été lancé au Tyrol en 1988 et, depuis 1993, il est en accès libre pour tous les hommes âgés de 45 à 75 ans et aux hommes de moins de 40 ans ayant des antécédents familiaux de la maladie", explique l'auteur principal de l'étude, le Professeur Georg Bartsch, de l'Université d'Innsbruck, l'un des experts médicaux de l'équipe internationale du "Tyrol Prostate Cancer Screening Group".

"Nos résultats laissent penser que la combinaison de tests PSA libres et de traitement gratuit pour les cancers de la prostate ainsi décelés peut conduire à d'importantes réductions des taux de mortalité. Ce traitement gratuit suppose le plus souvent l'ablation chirurgicale de la prostate".

"Ce qui nous a intéressés dans cette étude est qu'un nombre aussi important d'hommes se soient manifestés pour les essais après que ce programme eût été largement annoncé dans la presse écrite et audiovisuelle. Les personnes vivant dans le Tyrol - un des neuf Länder qui composent Autriche - disposent de services de santé de proximité et sont très réceptifs aux programmes médicaux de prévention."

En 2005, un peu moins de 87 % des hommes âgés de 45 à 75 ans vivant dans la région s'étaient prêtés à un dosage PSA.

"Notre étude montre clairement que les décès par cancer de la prostate ont diminué beaucoup plus rapidement dans le Tyrol depuis 1988, année où ce programme a été lancé, par rapport au reste de l'Autriche", a-t-il poursuivi.

"Avant la mise en place de ce programme, les taux de mortalité liés au cancer de la prostate dans le Tyrol étaient semblables au reste du pays, mais après le lancement de ce programme, le taux de mortalité dans le Tyrol a commencé à baisser en moyenne de 7,3 % par an, plus de deux fois plus que les 3,2 % observés dans le reste de l'Autriche."

Les résultats ont également d'importantes conséquences sur les décès par cancer de la prostate par rapport à l'âge, selon les chercheurs, et d'autant plus que le nombre des hommes âgés ne cesse d'augmenter.

"Les décès dus à un cancer de la prostate dans le groupe d'âge des 80 ans et plus ont augmenté dans toute l'Autriche, mais il n'y a eu aucun signe dans ce sens dans le Tyrol" a pour sa part déclaré le Professeur Boyle, du Centre international de recherche sur le cancer et co-auteur de l'étude.

"Ceci montre que le programme de dépistage dans le Tyrol détecte les cas de cancer de la prostate à un stade plus précoce, où l'on peut les traiter plus efficacement. Ce traitement précoce réduit le risque ultérieur de récidive et le décès du patient lorsqu'il est plus âgé", a-t-il poursuivi.

Les auteurs concluent que l'introduction du dépistage gratuit a grandement contribué à la réduction des taux de mortalité liés au cancer de la prostate dans le Tyrol, une région où le traitement est librement accessible à tous les patients atteints de cette maladie.

Mais ils reconnaissent qu'il y a encore débat sur certains aspects du dépistage du cancer de la prostate qui doivent être tranchés.

Il s'agit notamment de l'efficacité du dosage PSA dans tous les cas, si un traitement agressif modifie les résultats chez les hommes présentant à un stade avancé de la maladie et si le dépistage et le traitement affectent sérieusement la qualité de la vie.

"Notre étude montre que, depuis que le dosage PSA a été introduit au Tyrol, et que les personnes positives reçoivent gratuitement un traitement pour guérir de leur cancer de la prostate, la baisse du taux de décès est sensiblement plus élevée que dans le reste de l'Autriche" a ajouté le Professeur Boyle.

"Cette réduction du taux de mortalité est très probablement due au fait que les cas de cancer de la prostate ont été détectés à un stade plus précoce, où le traitement de cette maladie tend à être plus efficace".

"Il est toutefois important de se rappeler que le dépistage n'est que la première étape dans la prise en charge optimale des patients atteints d'un cancer de la prostate."

1Georg Bartsch, Wolfgang Horninger, Helmut Klocker, Alexandre Pelzer, Jasmin Bektic, Wilhelm Oberaigner, Harald Schennach, Georg Schäfer, Ferdinand Frauscher, Mathieu Boniol, Gianluca Severi, Chris Robertson, Peter Boyle, Tyrol Prostate Cancer Screening Group (2008) Tyrol Prostate Cancer Demonstration Project: early detection, treatment, outcome, incidence and mortality. BJU International 101 (7) , 809-816 doi:10.1111/j.1464-410X.2008.07502.x

Contact médias :
Professeur Georg Bartsch
Directeur
Département d'Urologie
Faculté de Médecine d'Innsbruck
Anichstrasse 35
A-6020 Innsbruck
Tél: +435 050 424 811




World Health Organization
International Agency for Research on Cancer
Organisation mondiale de la Santé
Centre international de Recherche sur le Cancer

150, cours Albert-Thomas 69372 Lyon Cedex 08 (France)
Telephone: 33 472 738 485     Facsimile: 33 472 738 311     http://www.iarc.fr