Centre des Médias - Nouvelles du CIRC

Journée mondiale contre le cancer

04/02/2010 -
Prévenir le cancer, c'est aussi possible : La recherche pour la prévention
Le 4 février 2010, l'Union internationale contre le Cancer (UICC) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) célèbrent la Journée mondiale contre le cancer. Le thème de cette année "Prévenir le cancer, c'est aussi possible" souligne le fait que jusqu'à 40% des cancers sont considérés comme évitables par la mise en pratique des connaissances actuellement disponibles. En d'autres termes, une proportion significative des 12,4 millions de diagnostics annuels de cancer et des 7,6 millions de décès par cancer, chiffres qui devraient augmenter dans les prochaines décennies, est évitable par la mise en pratique de stratégies de prévention du cancer basées sur des données probantes.

La recherche sur le cancer est la base sur laquelle reposent ces stratégies de prévention du cancer. Depuis sa création en 1965, le Centre international de Recherche sur le Cancer de l'OMS (CIRC), soutenu et encouragé par ses vingt-et-un Etats participants, mène des recherches novatrices visant à identifier les causes du cancer humain et à évaluer l'impact des interventions visant à réduire le fardeau de cette maladie dans le monde. Cette base de preuves scientifiques est essentielle à l'élaboration de directives et de politiques de prévention du cancer aux niveaux national et international.

S'attaquer aux inégalités de la répartition des cancers dans le monde : une approche sur deux fronts

Plus que jamais, la prévention est une priorité pour le Centre, alors que ses évaluations de la survenue du cancer dans le monde projettent une augmentation très importante du fardeau du cancer dans les régions du monde où les services de santé sont précisément les moins équipés pour prodiguer des traitements et des soins efficaces. "L'exemple de l'Afrique est frappant, avec la prévision d'un triplement annuel du nombre de nouveaux cancers d'ici à 2030", a déclaré le Dr Christopher P. Wild, Directeur du CIRC. "Le fardeau croissant des cancers dans les pays à faibles ressources, ayant un accès limité aux traitements et aux soins, donne au CIRC, par son expertise et son attention particulière pour la prévention du cancer, une position unique pour répondre à cette crise grandissante de santé publique". La recherche sur la prévention du cancer comprend l'identification des causes du cancer, et l'évaluation de l'efficacité des approches permettant d'éviter les expositions nocives et ainsi de détecter le cancer suffisamment tôt pour en améliorer le pronostic. Le Centre a des programmes actifs dans chacun de ces domaines.

Identification des risques cancérogènes. Les Monographies du CIRC déterminent les facteurs environnementaux - produits chimiques, mélanges complexes, expositions professionnelles, agents physiques et biologiques, et facteurs liés au mode de vie - qui peuvent augmenter le risque de cancer chez l'homme. Les agences sanitaires nationales utilisent cette information comme base scientifique à leurs actions visant à prévenir l'exposition à des agents cancérogènes potentiels. Depuis 1971, plus de 900 agents ont été évalués, dont près de 400 ont été identifiés comme étant cancérogènes ou potentiellement cancérogènes pour l'homme. L'année 2009 a vu l'achèvement du volume 100 de ces monographies, un réexamen des agents classés comme cancérogènes pour l'homme par les évaluations précédentes du CIRC, et couvrant des produits pharmaceutiques, des agents biologiques, des métaux, l'arsenic, des poussières et des fibres, les rayonnements, des facteurs liés au mode de vie et des agents chimiques et professions associées. .

Une recherche sur la prévention basée sur la population. Le CIRC renforce aussi la prévention du cancer dans le monde entier par le biais d'un vaste programme de recherche visant à évaluer l'efficacité des approches de prévention des expositions nocives et de détection du cancer. En conjonction avec la Journée mondiale contre le cancer, l'UICC publie un rapport scientifique visant à faire prendre conscience du rôle des infections dans le cancer, un domaine auquel le CIRC a largement contribué à la fois par le progrès des connaissances fondamentales et par le développement de stratégies de prévention. Le CIRC mène différentes enquêtes (enquêtes sur la prévalence du VPH, entre autres) ainsi que des essais de vaccination et d'évaluation de l'efficacité de différentes modalités de dépistage dans les pays à ressources faibles et moyennes. Bien que ces études soient précieuses pour les pays à faibles ressources qui sont confrontés au fardeau le plus lourd des cancers liés aux infections (ces derniers représentent 26% des cancers dans les pays en développement, contre 8% dans les pays développés), elles fournissent également de précieuses indications à prendre en compte dans l'établissement de directives pour le dépistage au sein de la population dans les pays plus riches.

Par exemple, le virus de l'hépatite B (VHB) est une menace majeure pour la santé publique et l'on recense actuellement 350 millions de personnes infectées de manière chronique dans le monde. C'est une des premières causes de maladie du foie et de cancer du foie. Le Centre, en partenariat avec le gouvernement de la Gambie et le Medical Research Council du Royaume-Uni, a lancé un essai de vaccination contre le VHB pour la prévention du cancer du foie au milieu des années 80. "L'engagement à long terme du Centre à ce projet permettra de fournir des informations uniques sur l'impact du vaccin contre l'hépatite B dans la prévention de l'une des formes les plus mortelles de cancer dans les régions les plus pauvres du monde", a déclaré le Dr Wild.

"Les politiques de prévention contre l'infection à VHB doivent faire partie de toute politique globale de lutte contre le cancer", a déclaré le Dr Steven Wiersma, Responsable de la prévention de l’hépatite, Département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l’OMS. "Des objectifs précis pour la lutte contre ces maladies sont maintenant nécessaires pour prévenir l'hépatite et le cancer du foie".

Réduire l'écart en matière de prévention : Intégration des sciences de laboratoire et de l'épidémiologie
Les stratégies de prévention du cancer forcent un dialogue entre les différentes branches de la recherche sur le cancer, en utilisant les progrès des sciences moléculaires au bénéfice de la santé publique, et en fournissant des hypothèses de travail issues de la population aux chercheurs en sciences fondamentales. Pour faire en sorte que cet échange scientifique se poursuive, le Centre offre une formation à des chercheurs dans les deux disciplines scientifiques, sur une base régulière. "Bien que la formation ait toujours fait partie intégrante de notre mission", a ajouté le Dr Wild, "la génération à venir de chercheurs adeptes des deux disciplines, les sciences de laboratoire et de l'épidémiologie, sera un élément clé de notre activité de prévention du cancer".

Composition du CIRC :http://www.iarc.fr/fr/about/membership.php
Statut et Réglements du CIRC : http://governance.iarc.fr/FR/Docs/StatutFrench.pdf
Données du CIRC sur le cancer en ligne : http://www-dep.iarc.fr/
Site des Monographies du CIRC :http://monographs.iarc.fr/indexfr.php
Liste des évaluations du CIRC sur les cancérogènes : http://monographs.iarc.fr/FR/Classification/index.php